ÆGN

Publié le

ÆGN

Après un premier album bleu, si bleu, les îles égéennes de Marc Buronfosse viennent de nouveau titiller notre imagination. Elle est fertile, en cette époque sinistre où les plus beaux voyages sont immobiles. Ca pourrait être frustrant ; c'est doux, calme, et seul le soleil mord, à l'instar de « Thea's Night » où le vibraphone de Maxime Hoareau agit comme un puissant op[...]

Source : Citizen Jazz